Tales of the Sea

Blog Surf Yoga Voyages

7 signes que vous n’êtes pas dans votre féminin sacré

En tant que femmes, beaucoup d’entre nous pensons encore que la féminité est extérieure, demeurant étrangères à toute notion de spiritualité et nous comportant comme des rivales en quête perpétuel de validation. En s’éveillant au féminin sacré, nous pouvons cependant connecter la puissance de l’énergie maternelle et créatrice qui épanouit notre être de façon infinie. Etes-vous dans cette énergie ?

Nous mettons du temps à trouver notre place dans ce monde, et nous mettons certainement encore plus de temps à la trouver en tant que femme… J’ai toujours pensé qu’il n’y avait de ce fait rien de plus compliqué et de plus fantastique à la fois : être femme. Surtout lorsque nous sommes cruellement privées de modèle féminin comme de nombreuses jeunes filles aujourd’hui, et que nous nous en remettons naïvement à ce que la société, l’éducation, l’école, ou encore la religion nous dictent… Autant d’institutions diffusant un énorme malentendu sur la féminité, nous faisant croire entre autres que la femme a besoin de jouer de ses attributs pour obtenir ce dont elle a besoin, ou encore qu’en étant sexy elle aura l’attention des hommes et par conséquent sera aimée.

Mais la « vraie » féminité, dans le sens sacré et divin du terme, ne se porte pas en bandoulière ou sur les lèvres. La vraie féminité, c’est la force, l’énergie créatrice divine. C’est à dire l’Amour – pas dans le sens romantique du terme, dans le sens inconditionnel – la compassion infinie et encore la beauté.

Nous avons tous cette incroyable énergie en nous – y compris les hommes – mais peu d’entre nous vivent dans ce féminin sacré. Et tant que nous continuerons d’ignorer ce potentiel dormant en chacune de nous – et que les hommes ne connecteront pas leur dimension sacrée non plus – nous resterons emmurées dans nos vieux carcans, ni libres, ni heureuses, ni épanouies.

Voici les signes qu’en tant que femme, nous ne sommes pas dans notre féminin sacré :

1/ Nous croyons que la féminité est extérieure

Beaucoup d’entre nous pensent que pour être estimées dans un monde de durs à cuire, où règne la loi du plus fort, il faut  soit se comporter comme un homme – certaines d’entre nous ont de ce fait tiré un trait sur toute forme de féminité physique pour devenir ce qu’on appelle des « garçons-manqués » – soit, au contraire, utiliser uniquement le physique pour exprimer une féminité incomprise et confondent tragiquement sensualité avec vulgarité. Nos deux polarités souffrent par conséquent d’un puissant déséquilibre.

Il fut un temps – et parfois encore – où j’étais moi-même en permanence dans le conflit et les relations de force, pensant à tort que cela me rendrait plus forte et que je reprendrai ainsi le pouvoir. Au final, la seule contre laquelle je me battais c’était moi-même, bafouant une douceur infinie qui ne demandait qu’à s’exprimer.

La féminité est intérieure : quand nous faisons preuve de compassion, quand nous aimons de façon désintéressée, comme une mère, quand nous sommes dans la créativité, la sensibilité et l’intelligence émotionnelle, quand nous sommes à l’écoute et consolons notre prochain, quand nous soignons autrui, quand nous rions spontanément, quand nous dansons et sommes sensuelles – et non sexuelles… C’est un cheminement intérieur, parfois douloureux, qui remet totalement en question notre façon d’être dans le monde.

Nous n’avons plus besoin de nous comporter comme des hommes ou des être ultra sexués pour trouver la paix…

2/ Nous pensons avoir besoin des hommes pour aimer notre corps

L’usage des réseaux sociaux à notre époque le démontre parfaitement : notre génération et la nouvelle n’ont pas peur de renier leur personnalité dans le seul but d’approcher ce que nous pensons être la perfection – perfection malsaine, puisque basée sur des critères tels que la maigreur, l’acharnement physique et le culte de soi – afin d’obtenir l’approbation d’autrui, hommes et femmes confondus.

Nous obéissons donc bêtement à de nouveaux codes et reproduisons ce que nous voyons dans les media, persuadées que c’est ainsi que nous tirerons satisfaction de ce corps dans lequel nous vivons. Certes, nous récolterons peut-être quelques compliments en chemin, mais par qui ? Des hommes et femmes perdus tout comme nous, en travestissant ce que nous sommes au fond de nous-mêmes qui a bien plus d’éclat et pas besoin d’être approuvé par qui ce soit.

Nous devons apprendre à accepter notre corps tel qu’il est, magnifique, et le traiter comme une enveloppe sacrée, sans oublier par ailleurs que pour y avoir droit de cité, il faut le mériter… La femme n’a pas besoin d’être homologuée par l’autre sexe, ni même par le sien, pour aimer son corps. Nous devons apprendre à vivre sans l’approbation et le regard des autres.

3/ Nous sommes en compétition avec les autres femmes

Une nuit, alors que j’étais en Inde, j’ai fait un rêve troublant : je croisais par hasard la nouvelle petite-amie d’un ex avec qui j’avais eu une relation courte mais très tumultueuse. Elle portait mon pull-over et, prise de jalousie, je sentais la colère monter en moi. Alors que je m’apprêtais à me jeter sur elle pour le lui reprendre, je me suis soudainement arrêtée et, avec tendresse, l’ai prise dans mes bras pour finalement de l’emmener loin de son bourreau. Au réveil, j’ai compris que ce rêve m’avait montré la voie vers la connexion avec les autres femmes…

Lorsque nous sommes dans notre féminin sacré nous sommes solidaires entre femmes et rien ne peut jamais ébranler cela. Beaucoup de filles se comportent comme des semblables lorsqu’elles sont entre elles, pour finalement se positionner en rivales quand un garçon fait son apparition. Comme si le fait de ne pas être la plus désirable allait les dévaloriser. Je me souviens lorsque j’étais enfant et jeune adolescente, je n’étais pas hyper populaire à l’école et beaucoup de filles me détestaient… J’ignore pourquoi mais je passais beaucoup de temps à les visualiser et à leur envoyer de l’amour, peut-être je sentais déjà qu’elles étaient tout simplement en souffrance ? Je rêvais que nous soyons copines, et d’un endroit où nous puissions cohabiter entre filles, sans avoir besoin de nous rabaisser mutuellement pour nous sentir mieux…

La fille devient une femme lorsqu’elle n’entre plus en compétition avec les autres.

4/ Nous croyons que nous sexualiser nous donnera de l’importance

Malgré l’eveil des consciences qui est en cours, beaucoup d’entre nous pensent encore que le matériel que nous possédons définit la personne que nous sommes, que les objets que nous utilisons, les bijoux et les marques que nous portons, la richesse extérieure que nous exposons au regard de tous et notre corps que nous donnons en pâture, nous procure l’illusion d’exister.

Moi aussi, pendant de nombreuses années, j’ai mis toute mon énergie à plaire. Mais je me suis vite rendue compte qu’en réalité, trouver grâce aux yeux de tout le monde était non seulement épuisant, mais surtout impossible.

Nous et nous seules peuvent nous définir, notre apparence extérieure et ce que nous possédons ne pourront jamais le faire à notre place. Etre sexuellement attirante pour le sexe opposé n’a, d’autre part, rien à voir avec la valeur : cela ne fera jamais de nous une belle personne… Enfin, la richesse est intérieure, elle n’est pas matérielle ou physique. Elle se trouve à l’intérieur de notre coeur, source inépuisable d’amour et de bienveillance. 

5/ Notre impact sur le monde n’est pas notre priorité

Notre société est encore tellement auto-centrée que nous nous soucions bien peu de l’image négative que nous renvoyons aux enfants, aux hommes, aux autres femmes… Tout ce que nous cherchons est la valorisation ultime de notre ego, et nous nous entourons naturellement de personnes qui recherchent la même chose. Nous sommes devenues influençables et avons oublié que nous faisons parti d’un tout indissociable…

En tant que femme, nous bénéficions d’un pouvoir guérisseur que nous négligeons tristement… « Toute âme qui s’élève, élève le monde », disait Gandhi. Ce n’est que dans l’empathie, l’intégrité et l’amour que nous pouvons évoluer, et encourager l’évolution de ceux qui nous entourent. 

Tout ce que nous faisons et pensons, particulièrement si nous sommes une femme, a un impact visible sur le reste du monde. Tant que nous nous soucierons uniquement de notre petit succès personnel et agirons sans penser aux conséquences de nos actes, nous ne pourrons jamais activer le pouvoir de transformation qui veut éclore en nous. En tant que femme, nous nous devons de développer notre savoir féminin, qu’il soit pratique ou spirituel, et le transmettre aux générations suivantes…

6/ Nous n’avons pas compris le but des relations amoureuses

Lorsque, en tant que femmes, nous attirons des hommes qui nous manquons de respect, nous trahissons d’une certaine façon le manque de respect que nous avons à l’égard de nous-même. C’est la triste réalité que nous extériorisons, et tant que nous serons uniquement en quête d’une validation extérieure, nous ne pourrons pas changer cela…

Beaucoup d’entre nous sommes à ce point désespérées de trouver l’amour que nous sommes prêtes à nous offrir au premier qui nous manifestera de l’intérêt. Nous n’ont aucune idée de la personne avec qui nous voulons être (ou de simples caractéristiques physiques, des critères impermanents) et autorisons autrui à nous humilier parce que nous préférons encore être mal accompagnées plutôt qu’être seules.

En tant que femme, nous nous devons de cultiver notre monde, de vivre nos passions, de développer notre harmonie intérieure et là seulement, nous serons en mesure de rencontrer quelqu’un ayant des aspirations similaires ou complémentaires, qui nous traitera dignement. Une fois unis, nous hissons vers le haut mutuellement et atteindrons l’extases physique et émotionnelle. Tant que nous ne serons pas dans notre féminin sacré, nous fréquenterons des hommes qui nous bafoueront parce qu’ils ne seront pas dans leur masculin sacré non plus.

7/ Nous demeurons étrangères à la spiritualité

Quel que soit le chemin que nous nous sommes choisies, la vie est un travail intérieur, une remise en question permanente dont le but est, d’une façon ou d’une autre, dans cette vie ou la prochaine, l’éveil spirituel.

Lorsque nous vivons déconnectées du monde qui nous entoure, nous demeurons dans l’illusion totale, et laissons lentement mais sûrement notre lumière intérieure s’éteindre, devenant des épouses malheureuses qui blâment hommes, femmes et terre entière, sans réaliser que nous sommes les uniques responsables de la désolante réalité qui s’est manifestée à nos yeux.

Nous avons toutes un rôle bien défini dans ce monde, une légende personnelle, et chaque jour est une nouvelle occasion de devenir une meilleure personne. Notre beauté ne se voit pas dans le miroir, elle est bien plus subtile et parce qu’elle est faite de lumière, les années ne pourront jamais la ternir. Au contraire, elle s’épanouira avec le temps, en sagesse, bénie par la compassion, la gratitude, la créativité, la joie, la douceur… Et ce sont elles que nous devons cultiver.

Laissons donc tomber les masques, les conditionnements, et surtout les armes, pour que nous puissions accéder à la libération, l’harmonie, la guérison et que rayonne enfin notre énergie divine…

Cette femme magnifique a été photographiée par Francisco Van Camp en 1875 aux Philippines.

1875, Philippines, no make up.

29 Commentaires

  1. Prisca
    17 mai 2015

    Très bel article =)
    J’adore te lire, merci de partager tes réflexions avec nous !

    • Laura
      18 mai 2015

      Merci à toi Prisca de venir les lire !

  2. Eve-Anne / votreyoga
    18 mai 2015

    Salut Laura,

    je suis très touchée par ton article.

    J’ai moi-même un parcours où la féminité n’a pas été tous les jours facile à vivre. Définir l’énergie féminine comme amour, compassion et beauté, c’est vraiment ça.
    Ce que je retiens de ce parcours, c’est
    – une notion de respect. Se respecter et s’entourer des gens qui nous respectent. Avoir le courage, si nécessaire, de s’éloigner des gens « nocifs » pour nous
    – choisir son compagnon pour sa beauté intérieure et pas sa beauté extérieure
    – Aimer et non pas séduire

    Il y a des jours où c’est une évidence, des jours où je me perds encore dans les méandres d’un labyrinthe. Je trouve que ton article peut vraiment aider

    A bientôt

    • Laura
      18 mai 2015

      Salut Eve-Anne,
      Merci pour ton commentaire,
      Comme toi, je retiens aussi de ce parcours le fait de se détacher des gens nocifs, ce qui peut être très difficile (quand il s’agit de gens de ta famille par exemple) et libérateur à la fois.
      A bientôt !
      Laura

      • Dina
        23 juillet 2017

        Merci Laura pour ton texte qui vibre en moi aussi c’est aussi mon parcours et merci aussi à Eve-Anne pour sa réponse qui me touche aussi car le 6e point a été difficile pour moi tout au long de ma vie
        je partage ton texte pour que d’autres femmes et peut être des hommes puissent mieux nous comprendre et nous respecter aussi
        a bientôt de te lire
        Dina

  3. SoNakan
    19 mai 2015

    J’adore te lire, merci……. un vrai trésor cet article !!!

  4. fanny
    27 juin 2015

    Hello !
    Je découvre ton blog, et je l’adore déjà ! D’après ton article il me manque 2 signes pour être dans mon féminin sacré… Je vais y travailler, merci 🙂 A bientôt !

    • Laura
      28 juin 2015

      Merci Fanny 🙂
      2 signes, ce n’est vraiment pas grand chose.. GO GO 😀
      Bises

  5. babeth
    4 juillet 2015

    j’ai eu la chance d’avoir un père respectueux et aimant qui m’a appris à mon tour à aimer et respecter les hommes. J’ai toujours entretenu avec les hommes des relations d’amitiés, de travail, d’amour, sans me sentir ni humiliée, ni supérieure. Nous sommes complémentaires et c’est une erreur de vouloir être aussi « forte » qu’eux ! ou qu’ils nous ressemblent, c’est impossible. Je n’ai jamais été très jolie, mais j’ai toujours plu, j’ai souvent été leur confidente. J’aime cuisiner pour mes fils, mon mari, mes amis, sans me sentir pour autant la « bonne », je suis une mère, une femme, j’aime donner et je reçois en échange de l’amour, de la tendresse partagée. Pas besoin de se faire la guerre des sexes pour arriver à la paix. Travailler son égo et méditer sont de bons ingrédients pour y arriver. Biz

    • Laura
      9 juillet 2015

      Merci pour ton témoignage Babeth. Par contre je ne suis pas d’accord du tout : tu es très jolie. (Et j’aime aussi quand tu cuisines, c’est toujours bon… 😀 ).

  6. Clémentine
    29 août 2015

    J’ai adoré ton article. J’ai découvert le yoga à un moment « trouble » dans ma féminité. Sur un coup de tête, je venais de couper mes cheveux tout courts comme un garçon et ce geste qui me semblait anodin a changé le regard que l’on portait sur moi, qu’on avait toujours connue avec de longs cheveux blonds et « féminine ». On ajoute à cela quelques problèmes hormonaux et… je dois dire que j’étais heureuse de recontrer le yoga à ce moment-là de ma vie! Il m’a appris à découvrir d’autres manifestations de la féminité, et bien qu’aujourd’hui je colle de nouveau aux stéréotypes féminins, je pense ne pas avoir perdu de vue ce que m’a enseigné le yoga. Pas encore dans mon féminin sacré… mais j’y travaille!

    Clémentine

    3heures48minutes.com

  7. Mira Jamadi
    3 décembre 2015

    Bonsoir Laura,
    Merci pour votre article! Etant sur le chemin de la spiritualité féminine depuis un moment (faisant ma deuxième formation de prêtresse actuellement), je suis toujours heureuse de voir qu’on en parle de plus en plus. C’est important.

    Merci,
    Mira

    • Laura
      8 décembre 2015

      Bonsoir Mira (très joli prénom au passage…),
      Je suis heureuse aussi de voir qu’on en parle de plus en plus. J’aimerais aussi qu’il y ait une prise de conscience du côté de la gent masculine, le changement ne doit pas seulement venir des femmes…
      A bientôt
      Laura

  8. manini26
    8 mars 2016

    Namasté Laura,
    J’ai apprécié cet article que je vais donc partager de surcroit.
    Je suis heureuse de constater que j’ai avancé sur pas mal de points, sauf celui qui me concerne de moi à moi, si tu veux.
    Mais ça, c’est une autre histoire.
    Très belle écriture.
    Bien à toi.
    Delphine

  9. Mlle Colibri
    8 mars 2016

    Merci pour cet article plein de sagesse. Il serait tellement important de pouvoir diffuser ce message aux jeunes femmes/filles.
    Lorsque je vois l’hypersexualisation des jeunes filles de nos jours, je me dis qu’on a un sacré travail à faire pour enseigner le respect de soi, de son corps, et les emmener vers un chemin plus sain.

  10. adeline
    16 mars 2016

    bonjour
    ton article me fait penser à celui de LAura MARIE, tu l’as lu ?
    http://lauramarietv.com/pourquoi-chaque-femme-doit-seveiller-au-feminin-sacre/

    • Laura
      18 avril 2016

      Oui ! Il est top, ça a été une grande source d’inspiration <3

  11. paladin
    24 octobre 2016

    je suis un gars et je cherche une femme sacrée pour la fusion mes si la femme possède pas la spirale y a que moi qui peut fusionner en théorie, fin un femme avec une sphere éthérique prananique ect j’aime le primordial une fois a +- 3a8 M. un de autre on poura etre fixer qui tout fois pour ce qui est la spiral il vous fau avoir le 4eme oiel dans la main émaner ainsi et faire tourner le flux jusqua il soi autonome ainsi un fois ont sera 2 personne nous seront 3 ou 4 et nous maitriseron celui ne peut pas dire le nom je pense également que fait avoir découvert votre pouvoir guériseur influence le fait il possible pour vous justement defaire cette spirale audace et réflexion du sens du toucher important de cette action , en toute connaissance cose j’ai sentiment profond que personne compris ce principe a traver le monde donc je me mouille comme dit

    • Laura
      28 octobre 2016

      Waou… ça a l’air compliqué

  12. Leslie
    14 février 2017

    Super article plein de profondeur et authenticité par tes paroles. On est pas parfaites et le chemin vers l’épanouissement profond et total peut être long. En tout cas emprunter le chemin vers le début de l’ascension est excitant avec une découverte de soi.
    Merci!

  13. Libellule
    13 mars 2017

    Magnifique article, qui derrière les mots laisse voir une magnifique personne 🙂 quel bonheur de lire des paroles pleines de sens….

    <3 Belle continuation sur ton chemin de vie, tu m'as illuminée ma journée par ces belles réfléxions.

    • Laura
      3 mars 2018

      Je réponds avec un immense retard…
      Merci beaucoup <3

  14. Hélène
    28 octobre 2017

    Très bel article , inspirant !
    Bravo

  15. Milie
    7 mars 2018

    Je suis heureuse de voir que malgré que je n’ai jamais compris ce qu’était réellement le féminin sacré, j’ai toujours plus ou moins suivis l’inverse de ses signes décrits et que à part certains comportements, ça veut donc dire que je vis dans le féminin sacré depuis pas mal d’années. ^^

    Les seuls points envers lesquels je ne suis pas d’accord :

     » La fille devient une femme lorsqu’elle n’entre plus en compétition avec les autres.  »

     » Lorsque nous sommes dans notre féminin sacré nous sommes solidaires entre femmes et rien ne peut jamais ébranler cela. Beaucoup de filles se comportent comme des semblables lorsqu’elles sont entre elles  »

    Alors déjà, il ne doit pas y avoir beaucoup de femme sur Terre… et ensuite, comment ne pas être en compétition quand les filles et les femmes vous ont toujours jalousé et détesté ?

    En effet, j’ai la chance d’être jolie, il fut une époque pas si éloignée, ou je plaisait beaucoup aux hommes et ils ne se gênaient pas pour me dévisager dans la rue, mais les filles/femmes ne m’ont jamais apprécié et m’ont toujours critiqué aussi loin que je me souvienne.
    Pour moi il est impossible de me faire des amies car elles ne veulent pas me connaître ou trouvent toujours des excuses pour ne pas me voir, quand ce n’est pas carrément me rayer de leur vie et en particulier quand elles ont un petit ami.
    En famille c’est pas mieux, certaines m’ont rabaissé avec joie et je me retrouvais souvent à l’écart et beaucoup faisait style de ne pas me voir.
    J’avoue que du coup je me suis toujours mieux entendu avec les hommes même si l’amitié entre homme et femme à toujours était ambigu car ils s’attendent à chaque fois à autre chose… donc pas facile et on se retrouve bien seule.
    De mon côté, je n’ai jamais compris pourquoi une femme pouvait être aussi méchante par jalousie et surtout parce qu’une femme à la chance d’être jolie (pendant un temps).

  16. bilikid
    7 mars 2018

    Bonsoir Loren,je suis contre totalement et je suis daccord avec toi .Il y a une vraiment une perte de féminité ,de fierté,destime de soi,perte de respect de soi même.De plus il y a le phénomène de » certaines stars « qui montre le bon exemple à de multiples jeunes filles qui voudraient leur ressembler comme on peut lapercevoir dans certaines émissions de relooking . Jai trouvé ta vidéo audacieuse car il fallait oser lol et je suis vraiment daccord avec toi,comment est ce quon en est arriver là . Vive la dignité et la féminité de la femme.Bisous anais custom written essays

  17. Lolli
    10 mars 2018

    Très bel article sur la femme 🙂

  18. Anne
    1 avril 2018

    Merci, Laura, pour tes articles toujours sensibles et pertinents … ❤️

    • Laura
      13 avril 2018

      Merci à toi, Anne, de venir les lire <3

  19. Sandrine
    11 juin 2018

    Je suis heureuse de t’avoir découverte sur le net.
    En te lisant, je me sens moins seule dans mes retranchements de femme recherchant la paix et l’amour en moi (dans une société polluée par tellement de diktats).
    Merci à toi.

Laisser un commentaire

Une image bien sympa est normalement à cette place. Actualise la page ça va le faire. Free spirit, ocean addict & gypsy soul, je vis barefoot sous les palmiers d’Indonésie. Ici, je partage avec vous mes aventures à Bali, ma passion pour le surf et le Yoga, mon lifestyle de digital nomad et mon cheminement pour devenir la meilleure version de moi-même.

contact{at}laurayoga.fr

Une image bien sympa est normalement à cette place. Actualise la page ça va le faire.

Bijoux handmade, cosmétiques naturels, homeware wild, déco gypsy... L'Ile des Dieux dans votre boîte aux lettres tous les mois.

Une image bien sympa est normalement à cette place. Actualise la page ça va le faire.

Clothing brand created and inspired in Bali.

Un email tout droit venu du paradis pour partager avec vous mes périples.